Le blog de Fanny, fan de poneys et de chevaux

Le blog de Fanny, fan de poneys et de chevaux

Lecture gratuite en ligne : L'histoire du poney P'tit Loup et de sa cavalière Capucine, les mascottes du blog des fans de poneys et de chevaux

P'tit Loup, un poney pas comme les autres

Histoire gratuite à découvrir pour lire à toute heure de la journée

 

Voici l'album de Capucine, la jeune cavalière et de P'tit Loup, le poney pie, les deux mascottes du blog des fans de poneys et de chevaux. Il raconte l'histoire de leur rencontre et les aventures qu'ils vont vivre. Cette nouvelle est à lire en ligne et gratuite. Nous l'écrivons (Fanny et Marie) et elle est illustrée par Fanny.

 

 

 

Bonne lecture !

 

 

 

page1-couv-album.gif

 

 

 

La rencontrecapurencontre.gif

 

 

 

 

 

 rencontrep1.gif

 

 rencontrep2.gif

 

 

 

Les Ecuries du fer à cheval

 

 

 

ecuriesferacheval3.gif

 

 

rencontre-1.gif

 

 

La leçon d'équitation

 

 

 

ptitloupleconequi.gif

P'tit Loup était installé dans son box depuis quelques jours, et Capucine venait le voir le plus souvent

possible. Madame Godefroid et ses parents avaient le projet que ce serait Capucine qui s'occuperait exclusivement

de Ptit Loup. Mais avant cela, Madame Godefroid voulait voir comment Capucine montait. En effet, certaines jeunes filles

étaient très dures en bouche avec leur monture, et Madame Godefroid ne voulait pas de cela.

 

Avant la leçon, Capucine pansait P'tit Loup devant son box, quand Julie, une des cavalières du club, arriva. Elle

était vêtue d'une tenue dernier cri, arborant sa veste à airbag comme un trophée. Il faut dire qu'elle en

avait bien besoin tant elle malmenait ses chevaux en tirant sur ses rênes de toutes ses forces dès que le cheval

ne faisait pas ce qu'elle voulait. Et  un de ses chevaux cabrait régulièrement, ce qui projetait Julie en bas de sa selle.

Elle n'avait pas encore compris que le cheval était un être loyal qui obéissait à son propriétaire. Bien savoir monter,

c'était également savoir donner les bonnes consignes à sa monture, et donc user de patience et affiner sans

cesse ses compétences. Julie faisait partie de ces gens qui sous prétexte qu'ils ont un cheval, en déduisent qu'ils

sont d'office de bons cavaliers.

 

- Mmmh, dit-elle, il est à qui ce poney ?

 

Capucine répondit :

 

- Bonjour à toi aussi Julie. Il est à Madame Godefroid.

 

- Qui c'est ça ? demanda Julie qui ne semblait pas se rendre compte qu'elle importunait Capucine.

 

- Tu pourras lui demander quand tu la verras.

 

- Pffff, fit Julie  qui alla chercher sa monture dans le box attenant à celui de P'tit Loup.

 

Chloé, une autre cavalière du manège, vint se joindre à la discussion, ainsi que sa petite soeur Manon. Jade et Lola arrivèrent

peu après, leur monture à la main.

 

Madame Godefroid approcha. Tout le monde se salua avec de grands sourires, et toutes les têtes se tournèrent vers P'tit Loup.

 

- Il est à qui et comment il s'appelle  ? demanda Manon. C'est ton poney ?

 

Capucine répondit.

 

- Non, c'est le poney de Madame Godefroid, il s'appelle P'tit Loup.

 

- Tu vas le monter pendant ta leçon ?

 

- Oui, répondit Capucine, ce sera la première fois que je le monte. Madame Godefroid dit que c'est un très bon poney,

qui sait faire beaucoup de choses.

 

Chloé se tourna vers Madame Godefroid.

 

- Il a fait des concours ? demanda Chloé, car pour elle, c'était un gage de valeur pour un cheval, et le plus important

était qu'il en remporte un de temps en temps.

 

Madame Godefroid répondit :

 

- Oui, son ancienne propriétaire a remporté de nombreux concours de dressage.

 

Capucine ne comprenait plus rien. Madame Godefroid avait parlé d'un homme de la ville qui lui avait vendu P'tit Loup,

et là, elle parlait d'une jeune fille.

 

Madame Godefroid ajouta.

 

- Je vois les points d'interrogation dans tes yeux Capucine, ajouta-t-elle avec un sourire, le poney appartenait au papa

de le jeune fille, mais elle a préféré un plus grand cheval et elle a tellement délaissé P'tit Loup que le papa a décidé de

le revendre. Voilà.

 

Capucine gratouilla l'oreille de P'tit Loup.

 

- Moi, je m'occuperai tout le temps de toi P'tit Loup. Je ne t'abandonnerai pas sous prétexte que tu es trop petit.

 

Le poney frotta doucement sa tête contre la main de Capucine, comme s'il avait compris.

 

Madame Godefroid sourit.

 

- Nous sommes prêts. déclara Capucine en regardant sa montre. Nous allons sur la piste.

 

Toutes les jeunes filles de la leçon convergèrent vers la piste extérieure. Il faisait froid et on était en plein hiver, mais la

douceur de la température et l'état de la piste le permettaient.

 

La leçon se déroula sans encombre et P'tit Loup put apprécier la fermeté autant que la douceur de la main de Capucine.

Le petit poney se mit en mains au pas  assez rapidement si bien que Capucine reçut quelques commentaires positifs de la monitrice.

 

- Tu vois, quand tu veux, tu peux t'adapter rapidement à une nouvelle monture, lui dit-elle. A présent, vous allez vous mettre

au trot enlevé.

 

Capucine sentit que P'tit Loup s'amusait bien avec elle, et elle en était remplie de joie. Au moment de passer au galop,

par contre, elle sentit que le petit poney avait peur, et elle tenta de le rassurer en allégeant encore sa main sur les rênes.

Mais P'tit Loup sembla pris de panique et partit dans un galop spectaculaire qui obligea les autres participantes du cours à s'arrêter.

Capucine tint en selle malgré tout et elle parvint tant bien que mal à le récupérer sans tomber. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux,

tellement elle avait eu peur. La monitrice lui criait de le faire tourner court pour l'arrêter, mais elle répugnait à brusquer

son nouvel ami sans comprendre d'où venait sa frayeur.

 

A la fin de la leçon, Capucine était mécontente de sa performance, et elle s'en ouvrit à Madame Godefroid en revenant au box.

Cette dernière la regarda avec intensité et lui dit :

 

- C'est ce que je craignais. P'tit Loup a désarçonné sa cavalière un jour de concours, et cette dernière l'a violemment frappé

avec sa cravache tant elle était folle de rage. Les poneys n'oublient pas si facilement. On n'a jamais compris pourquoi

P'tit Loup avait eu si peur et sa propriétaire, plutôt que de chercher la source de la panique de P'tit Loup, l'a délaissé et a

préféré prendre un cheval plus doux et plus docile. Elle lui a parlé méchamment chaque fois qu'elle le voyait, d'où le

fait que son père a préféré le vendre. Mais j'ai vu que tu ne t'es pas énervée sur lui comme de nombreuses cavalières

auraient pu le faire. Tu ne lui pas arraché la bouche, tu as essayé de la calmer avec gentillesse, ce qui est très précieux

pour qu'il parvienne à surmonter sa panique. Ne te blâme pas, j'aurais peut-être dû te le dire, mais je ne voulais

pas t'effrayer. Pour moi, tu es la cavalière qu'il faut à P'tit Loup, ferme et juste.

 

- C'est vrai, vous le pensez vraiment demanda la petite fille pleine d'espoir à nouveau. Je pourrais remonter P'tit Loup à

chaque leçon ?

 

- Oui, déclara Madame Godefroid, mais je te préviens, il n'est pas facile à l'obstacle, il faudra être très précise dans tes demandes....

 

- Oh, merci, déclara Capucine, la voix tremblante de soulagement. Nous irons à son rythme, et je vous le promets,

P'tit galopera à nouveau avec plaisir un jour !

 

Madame Godefroid sourit avec gentillesse. Elle caressa l'encolure de P'tit Loup et lui dit :

 

- Et toi, P'tit Loup, qu'en penses-tu ?

 

Le poney regarda la vieille dame avec intensité et tourna la tête vers Capucine. Il lui lécha le visage avec sa grosse langue baveuse.

 

- Eh bien, voilà qui est clair dit en riant Madame Godefroid.

 

 

:

P'tit Loup n'est pas un poney comme les autres !

 

 

 

 

Capucine était mal à l'aise suite à la leçon d'équitation, et elle s'en ouvrit à P'tit Loup. Elle était avec lui dans le centre équestre, près du cross. A cette époque de l'année, personne n'allait s'entraîner sur le cross, et seul le chemin était accessible.  Mais elle aimait venir là, c'était calme, et  elle pouvait se promener à sa guise, avec un simple licol pour guider P'tit Loup.

 

 - Tu vois, P'tit Loup, je suis triste pour toi. Ton ancienne propriétaire t'a traumatisé et maintenant tu as  peur de galoper. J'aimerais tellement savoir pourquoi, et comment cela est arrivé !

 

 Capucine donna un coup de pied dans une petite pierre sur le sol qui glissa sur la neige fondante, puis s'arrêta tout net.

 

 

- J'ai une idée, je vais demander à avoir un cours particulier, comme ça, nous pourrons essayer de galoper tous les deux !

 

 Cette fois-ci, c'est P'tit Loup qui s'arrêta d'avancer. Capucine continua à regarder devant elle  et entendit une voix dire :

 

- Tu as été gentille avec moi, la prochaine fois, je ferai un effort.

 

Capucine, interloquée, regarda autour d'elle. Seul un petit moineau ébouriffé se dandinait sur une branche, mais personne n'était en vue. Son regard fit un tour d'horizon et se posa sur P'tit Loup. Elle le regarda un bon moment, et dit tout haut, se parlant à elle-même :

 

- Là, ma vieille, tu dérailles, tu prends tes désirs pour une réalité ! Un poney ça ne parle pas !!!! Hein P'tit Loup, qu'un poney ça ne parle pas ?

 

- Tu as raison, lui répondit-il, mais moi, je ne suis pas un poney comme les autres.

 

- Quoi, c'est vraiment toi qui parles ! Pourquoi tu ne me l'as pas dit avant ? Et puis d'abord, pourquoi tu peux parler ?

 

 

P'tit Loup regarda Capucine dans les yeux et lui dit :

 

 

- Il y a bien longtemps, il existait une lignée de chevaux qui parlaient, mais comme les cavaliers  sont devenus trop exigeants avec eux, ils ont décidé de se taire et mes parents m'ont interdit de parler quand j'ai été vendu à mon ancienne propriétaire. Ils avaient bien raison, elle me disait des choses pas gentilles et voulait tout le temps que je saute plus haut, que je sois plus performant et que je gagne tous les concours. Cela ne m'aurait pas dérangé si elle avait été complice avec moi, et si elle avait pris le temps de mieux me connaître au lieu de tout le temps me donner des ordres. Dès que je ne faisais pas ce qu'elle voulait, elle m'arrachait la bouche et me cravachait, si bien que je ne pouvais même plus comprendre ce qu'elle voulait tant j'avais mal à la bouche.

 

- Pauvre P'tit Loup, déclara Capucine. Je suis désolée pour toi. Mais dis-moi, est-ce que tu te plais aux Ecuries du Fer à cheval, tu as un box assez grand, la nourriture te plaît ?

 

 - Tu sais Capucine, je n'aime pas trop être dans un box, mais comme tu viens souvent, ça ira. Ce n'est pas tellement bon pour mes articulations quand je reste des heures sans pouvoir bouger et que soudain, je dois galoper sans préparation. mais avec toi, c'est facile, tu prends bien le temps de m'échauffer avant l'effort. Alors, oui, ça ira. Mais en été, si tes parents sont d'accord, je viendrais dans ton jardin, tu veux bien ?

 

 Capucine voulait bien tout ce que P'tit Loup lui demandait, et encore interloquée, elle se rendit compte que la nuit tombait.

 

Ils se regardèrent un long moment, puis elle repartit avec son nouvel ami vers les boxes. L'un et l'autre étaient les plus heureux du monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les personnages Ptit Loup et Capucine sont protégés par Copyright 2013.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 L'interview sur le blog suite aux 1 million de visites et ma nouvelle inédite avec Capucine et Ptit Loup (La rencontre),

ont été publiés dans le magazine Cavalière

n° 40 (le féminin du cheval)

du  15 février 2013.

 

 

 

 cavaliere00001.gif

 

 

 

 

Pour plus tard dans l'histoire....

 

 

 

 

page-2.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

page3.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 



22/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Jeux pourraient vous intéresser